Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Newsletter "Marchés" Octobre 2015 - Federal Finance

153 views

Published on

Retrouvez chaque mois la note de conjoncture de Federal Finance.

Published in: Economy & Finance
  • Login to see the comments

  • Be the first to like this

Newsletter "Marchés" Octobre 2015 - Federal Finance

  1. 1. NOTE DE CONJONCTURE DE FEDERAL FINANCE OCTOBRE 2015 FEDERAL FINANCE, SA à Directoire et Conseil de Surveillance au capital de 20 747 030 euros. Siren 318 502 747 RCS Brest. Société de courtage d’assurances immatriculée à l’ORIAS, n° 07 001 802. Établissement de crédit agréé par l’Autorité de Contrôle Prudentiel. TVA : FR 53 318 502 747. FEDERAL FINANCE GESTION, SA à Directoire et Conseil de Surveillance au capital de 6 500 000 euros. Siren 378 135 610 RCS Brest. Agrément de l’Autorité des Marchés Financiers n° GP 04/006 du 22 mars 2004. TVA : FR 87 378 135 610. Siège social : 1, allée Louis Lichou 29480 LE RELECQ-KERHUON. Adresse postale : BP 97 - 29802 BREST CEDEX 9. CONTACTS Christophe Autret Développement animations réseaux 02 29 61 25 47 Fabrice Dravet Bureau de la Région Ouest - Rennes 02 99 85 98 65 Nathalie Trapy Bureau de la Région Sud-Ouest/Centre - Pessac 05 57 26 65 72 Jean-Marc Battista Bureau de la Région Sud-Est - Marseille 04 96 20 07 03 Service Relations Clientèle contact@federal-finance.fr UN NIVEAU ÉLEVÉ D’INCERTITUDE Les derniers indicateurs économiques confirment la reprise progressive des pays développés et la poursuite d’un ralentissement progressif déjà entamé de la Chine. Les mesures de soutien des autorités chinoises (automobile, immobilier) devraient limiter les risques de ralentissement brutal. En zone euro, la Banque Centrale pourrait intensifier ses achats de titres pour tenter de relancer les anticipations d’inflation. L’incertitude pesant sur les marchés reste cependant élevée. La prudence de la Fed, qui n’a pas remonté ses taux directeurs début septembre, a inquiété et réduit la lisibilité de sa politique monétaire. Une hausse des taux directeurs US pour la fin de l’année est cependant évoquée. Les taux longs américains restent sur de faibles niveaux mais pourraient se tendre légèrement d’ici la fin de l’année. La BCE a annoncé qu’elle pourrait prolonger, si nécessaire, ses achats de titres en 2016. Cette action limiterait la remontée des taux longs allemands. Sous réserve que l’incertitude actuelle des marchés se dissipe progressivement (remontée de l’inflation, clarification de la politique monétaire de la Fed), les indices actions en zone euro conservent un potentiel de rebond. UNE CROISSANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE CONTRASTÉE Aux Etats-Unis, la croissance au deuxième trimestre a été revue à la hausse à +3,9%. Les ménages bénéficient de la baisse des prix des matières premières et l’indice de confiance progresse. Côté entreprises, marqués par les craintes de ralentissement de l’économie mondiale durant l’été, les indices de confiance sont moins bien orientés. La croissance en zone euro reste modérée. En Allemagne, le climat des affaires et les exportations soutiennent l’économie. En France, les indices de confiance des ménages et des entreprises sont récemment mieux orientés. Au Japon, la situation économique reste mitigée (baisse de la production industrielle et des exportations). du crédit) et incité les investisseurs à se reporter vers les obligations souveraines. Ce scandale a ravivé la volatilité des marchés actions et a pesé sur les indices de la zone euro et le secteur automobile. Côté pays émergents, les indices ont sur-performé sur la période et plus particulièrement en Asie (mesures de relance des autorités et valorisations faibles). L’annonce de la Fed du report de la hausse de ses taux directeurs a impacté le Dollar à la baisse et l’once d’or à la hausse. Les craintes relatives à la croissance chinoise ont pesé sur les cours du pétrole (48$ le baril) et les métaux. Entre les craintes d’atterrissage brutal de l’économie chinoise et l’attente d’une clarification de la politique monétaire américaine, un niveau d’incertitude élevé pèse sur les marchés. Le faible prix des matières premières alimente les craintes de déflation et accentue cette incertitude. Dans ce contexte, la Fed n’a pas souhaité modifier son taux directeur, tandis que la BCE a annoncé une possible intensification de ses achats de titres (Quantitative Easing). En Chine, la Banque Centrale a assoupli sa politique monétaire et les autorités ont pris de nouvelles mesures pour soutenir la croissance. Aux USA, la robustesse de la croissance américaine doit encore être confirmée. Le contre-choc pétrolier, source de pouvoir d’achat, devrait à terme bénéficier à l’économie mondiale. DES MARCHÉS VOLATILES Les taux monétaires se maintiennent en territoire négatif. Aux Etats- Unis, les taux souverains à 10 ans se sont détendus sur le mois (2,10%). Les taux de la zone euro suivent cette tendance de manière plus marquée. En plus des craintes sur la Chine et la politique monétaire de la Fed, l’affaire du groupe Volkswagen, sur les émissions polluantes de ses véhicules diesel, a perturbé les actifs risqués (notamment le marché crédit) et

×