Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.
NOTE DE CONJONCTURE DE FEDERAL FINANCE
SEPTEMBRE 2015
FEDERAL FINANCE, SA à Directoire et Conseil de Surveillance au capit...
Upcoming SlideShare
Loading in …5
×

Note de conjoncture "Marchés" de Federal Finance

160 views

Published on

Retrouvez chaque mois la note de conjoncture de Federal Finance.

Published in: Economy & Finance
  • Login to see the comments

  • Be the first to like this

Note de conjoncture "Marchés" de Federal Finance

  1. 1. NOTE DE CONJONCTURE DE FEDERAL FINANCE SEPTEMBRE 2015 FEDERAL FINANCE, SA à Directoire et Conseil de Surveillance au capital de 20 747 030 euros. Siren 318 502 747 RCS Brest. Société de courtage d’assurances immatriculée à l’ORIAS, n° 07 001 802. Établissement de crédit agréé par l’Autorité de Contrôle Prudentiel. TVA : FR 53 318 502 747. FEDERAL FINANCE GESTION, SA à Directoire et Conseil de Surveillance au capital de 6 500 000 euros. Siren 378 135 610 RCS Brest. Agrément de l’Autorité des Marchés Financiers n° GP 04/006 du 22 mars 2004. TVA : FR 87 378 135 610. Siège social : 1, allée Louis Lichou 29480 LE RELECQ-KERHUON. Adresse postale : BP 97 - 29802 BREST CEDEX 9. CONTACTS Christophe Autret Développement animations réseaux 02 29 61 25 47 Fabrice Dravet Bureau de la Région Ouest - Rennes 02 99 85 98 65 Nathalie Trapy Bureau de la Région Sud-Ouest/Centre - Pessac 05 57 26 65 72 Jean-Marc Battista Bureau de la Région Sud-Est - Marseille 04 96 20 07 03 Service Relations Clientèle contact@federal-finance.fr LES PERSPECTIVES Les craintes des marchés financiers en août semblent excessives. Le ralentissement de l’économie chinoise suit son cours sans aggravation notable récente. L’ajustement de la monnaie chinoise n’est, pour l’instant, que de faible amplitude (3%) au regard des baisses passées de l’euro, du yen et de nombreuses devises émergentes (Réal brésilien, Rouble, Rand sud- africain). Au niveau mondial, la santé économique despaysdéveloppésserenforceprogressivement, modérantlescraintesd’unralentissementmondial trop marqué. Les politiques monétaires de la FED et de la BCE restent très accommodantes. La baisse du pétrole et des matières premières bénéficie globalement à l’économie mondiale et permet de renforcer le pouvoir d’achat des consommateurs et les marges des entreprises. Dans ce contexte de baisse du pétrole et de faible inflation, la BCE devrait maintenir ses taux directeurs sur leurs plus bas niveaux jusqu’en septembre 2016. La FED pourrait commencer à remonter ses taux directeurs soit en septembre, soit en décembre. Au regard du contexte économique actuel, la deuxième hypothèse semble plus probable. La future hausse des taux directeurs US semble partiellement intégrée par les marchés qui conservent, d’ici la fin de l’année, un potentiel de rebond. Les marchés actions devraient pouvoir revenir sur des niveaux plus élevés qu’aujourd’hui avec toutefois une forte volatilité. Cela se fera en lien avec les mesures prises par les banques centrales, notamment celles de la FED et de la Banque Centrale de Chine. A très court terme, la vigilance reste de mise. L’ÉCONOMIE MONDIALE Les chiffres économiques américains sont bien orientés. Les créations d’emplois, les ventes de détail et l’indice de confiance des ménages soutiennent la croissance (+3,7 % au deuxième trimestre). Côté entreprises, l’indice de confiance d’activité globale (ISM) se situe à un niveau élevé grâce au secteur des services qui évolue favorablement. En Zone euro, l’activité économique progresse à un rythme modéré, proche de +1,2 %. En France, la croissance a stagné au deuxième trimestre du fait de la baisse des investissements résidentiels et d’une consommation des ménages modérée. La croissance du PIB allemand, soutenue par les exportations, reste positive (+1,8%). Cette dynamique se retrouve également dans les pays périphériques (+4% en Espagne et +0,7% en Italie). En Chine, les marchés sont très volatils et les chiffres économiques continuent de refléter un ralentissement progressif avec une volonté de contrôle par les autorités. Un début de libéralisation du taux de change du Yuan et un assouplissement supplémentaire des taux directeurs ainsi que du coefficient de réserves obligatoires des banques ont été annoncés. euro, ils se sont légèrement tendus. Dans un contexte de baisse des taux directeurs en Chine et d’amélioration de la situation économique aux USA et en zone euro, les taux américains et allemands ont rebondi en fin de mois. Les marchés actions ont également profité de ce contexte favorable pour rebondir. L’Euro s’est fortement apprécié face au Dollar sur la période. La baisse des cours du pétrole s’est accentuée du fait d’une offre excédentaire conjuguée aux inquiétudes concernant la croissance chinoise. Malgré le soulagement sur le dossier grec, les marchés financiers ont de nouveau été déstabilisés mi-août par la libéralisation progressive du taux de change du Yuan décidée par les autorités chinoises. La dépréciation du Yuan et la publication d’indices des directeurs d’achats (PMI) décevants ont alimenté les craintes de ralentissement brutal de l’économie chinoise. La communication prudente de la FED, suggérant un report de la hausse de ses taux directeurs, ont aussi inquiété les investisseurs. Puis, suite à la baisse des taux directeurs de la Banque de Chine en fin de mois et l’annonce de chiffres économiques américains et européens rassurants, les marchés ont repris des couleurs. LES MARCHÉS Les taux monétaires s’enfoncent un peu plus en territoire négatif. Aux Etats-Unis, les taux à 10 ans se sont stabilisés (2,19%) tandis qu’en zone

×