Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Lille by Inria numéro 9 - Interface, un espace pour les interactions Recherche - Entreprises

Au cœur de la French Tech Lille, au sein de l’écosystème EuraTechnologies découvrez Interface, fruit d’un travail commun entre le centre Inria Lille – Nord Europe et ses partenaires académiques et industriels, il présente les derniers travaux de recherche menés par les scientifiques en sciences du numérique.

  • Login to see the comments

Lille by Inria numéro 9 - Interface, un espace pour les interactions Recherche - Entreprises

  1. 1. INTERFACE UN ESPACE POUR LES INTERACTIONS RECHERCHE-ENTREPRISES FOCUS > Inria et Keolis : la modélisation au service de la sécurité FACE A FACE > Cybersécurité BD > L’agriculture connectée, même là où il n’y a pas de réseau #09 LE MAGAZINE DU CENTRE INRIA LILLE - NORD EUROPE JUIN 2019 DOSSIER
  2. 2. EDI TO Interface est le nom donné à notre nouvel espace de démonstrateurs en sciences du numérique, inauguré l’hiver dernier, situé au bâtiment Place sur le site d’EuraTechnologies. Lieu totem illustrant le chemin menant de la recherche fondamentale à une utilisation en entreprise, cet espace est le fruit de collaborations réussies entre le centre Inria Lille – Nord Europe et ses partenaires académiques et industriels. Interface présente ainsi les travaux de recherche menés par les scientifiques en matière de robotique, traitement des données, intelligence artificielle, Internet des objets, interaction Homme-machine, optimisation, génie logiciel. Le numéro 9 de notre magazine, que nous vous proposons de lire, met en lumière cet espace particulier, destiné à fluidifier les interactions recherche-entreprises et la culture entrepreneuriale, tous deux chers à Inria. Ensuite, dans la lignée du Forum International de la Cybersécurité (FIC), qui s’est tenu à Lille en janvier 2019, et sur lequel Inria est présent, notre Face à Face donnera la parole à des acteurs phares du domaine de la cybersécurité : Guillaume Poupard, P.-D.G. de l’Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d’Information (ANSSI) et Stanislas Chavane, Directeur de Région IBM Nord et Est. Ils reviennent tous deux sur les enjeux de la cybersécurité dans une période de transformation de la société par le numérique. Enfin, ce numéro de « Lille by Inria » vous donnera l’occasion de découvrir trois beaux projets menés dans le centre : une collaboration en optimisation avec l’entreprise de transport Keolis, une start-up en cours de création sur la thématique de la maintenance prédictive - DiagRAMS, et une thèse destinée à améliorer l’agriculture connectée menée avec l’entreprise des Hauts-de-France Sencrop. Jevoussouhaitedepasseruntrèsbelétéetdeprofiterdevoscongés. Isabelle HERLIN SOM MAIRE DESSINE-MOI LA RECHERCHE 12-13 FOCUS • DiaGRAMS révolutionne la maintenance prédictive 14 • Inria et Keolis : la modélisation au service de la sécurité 16 BEST-OF 18-19 PORTRAIT 20-21 Romain Rouvoy : favoriser l’émergence de logiciels plus efficients RENDEZ-VOUS 22 CONTACT 23 DOSSIER Interface : un espace pour les interactions recherche-entreprises en sciences du numérique 06-11 FACE A FACE • Guillaume Poupard 04 • Stanislas Chavane  05 Semestriel édité par Centre de recherche Inria Lille - Nord Europe : Parc scientifique de la Haute Borne, 40, avenue Halley. Bât. A, Park Plaza, 59650 Villeneuve d’Ascq. contact-lille@inria.fr. Directeur de la publication : Isabelle Herlin. Rédactrice en chef : Julie Lattès. Coordinatrices : Marion Blasquez et Alice Decarpigny Wrona . Conception graphique et mise en page : agence VOID – agencevoid.fr Image de couverture : © NinjaRoux – ninjaroux.com. Rédacteurs : Service communication et médiation Inria Lille - Nord Europe – Dominique Fidel pour agence CitizenPress (pages 14, 15, 16, 17 et 21). Crédits photos dossier : ©Inria - Sebastien Jarry @Inria - RaphaeldeBengy. Crédits photos : pages 14 et 17 @Inria- RaphaeldeBengy, page 16 @adobestock, page 21 ©Inria - C. Morel, page 22 ©Cecile Petit - CC BY-SA 4.0. Bande dessinée : Aurélien Cantou – aureliencantou.com Impression : CP Partenaires Conseil - 03 20 27 11 89. Le centre remercie chaleureusement l’ensemble des contributeurs, collaborateurs et partenaires de ce neuvième numéro de Lille by Inria. Imprimé en juin 2019 - Série limitée à 1000 exemplaires. 3#09 - JUIN 20192
  3. 3. FACE A FACE INTERVIEWS Comment se positionne IBM en matière de cybersécurité sur le territoire régional ? En Janvier 2018, lors du FIC, IBM a annoncé l’ouverture d’un nouveau centre d’opérations de sécurité (SOC) à Lille, opérationnel 24h/24, 7j/7, destiné àservirlesentreprisesdetoussecteurs. Ce dispositif vient compléter les investissements déjà réalisés par le groupe IBM dans la région à travers l’ouverture d’un centre de services en 2013 et celle d’un nouvel espace sur le site d’EuraTechnologies en décembre Quels sont pour vous les grands enjeux actuels en termes de cybersécurité ? Les attaquants développent de nouvelles stratégies qui nécessitent que nous fassions évoluer nos moyens d’action. Nous observons notamment chez nos adversaires une tendance à exploiterlesrelationsdeconfianceentre partenaires dans l’objectif d’atteindre une cible finale. Notons un point positif : si les modes opératoires d’attaque évoluent, c’est que les organisations sensibles ont fait le nécessaire pour que leurs systèmes d’information ne puissent plus être pénétrés aussi facilement qu’hier. Mais puisqu’il est plus difficile de passer par la porte, les attaquants tentent aujourd’huides’infiltrerparlesfenêtres! J’en viens donc à cette conclusion souvent répétée : la sécurité est définitivement la responsabilité de tous et de toutes –y compris des plus petites organisations. Pour l’ANSSI, l’enjeu est –et sera de plus en plus— de faciliter le développement d’un écosystème de confiance. Un des leviers fondamentaux résidera dans la formation et le recrutement de spécialistes. Nous souhaitons développer nos relations avec le monde de l’enseignement et de la recherche pour que la France dispose du vivier de talents dont elle a besoin. Enfin, de grands sujets ont vocation à occuper la recherche en cybersécurité pour les années à venir. Je pense par exemple à la cryptographie post-quantique et à l’intelligence artificielle. Stanislas Chavane DIRECTEUR DE RÉGION IBM NORD ET EST IBM FRANCE Guillaume Poupard DIRECTEUR GÉNÉRAL AGENCE NATIONALE DE LA SÉCURITÉ DES SYSTÈMES D’INFORMATION (ANSSI) 2017. Parmi les recrutements que le groupe IBM a annoncés dans la région fin2017,unecentainedevraitconstituer les équipes du SOC. L’entitésécuritéd’IBMaaussiannoncéle premier centre d’opérations de sécurité mobiledusecteur,leX-Forcecommand Cyber Tactical Operation Center (ou X-Force command C-TOC). Ce centre sillonnera la France pour organiser des exercices de « Cyber Attack ». Il devrait être dans la région Lilloise en fin d’année 2019 pour sensibiliser les entreprises à travers des scénarios d’entraînements en conditions réelles. Parailleurs,IBMaparrainéSimplon,une école du numérique. Des formations autourdessujetsdeCybersécuritésont dispensées au sein de leur fabrique de Roubaix. Quel est selon vous l’apport du Forum International de la Cybersécurité (FIC) pour la région Hauts-de-France ? En premier lieu, le FIC est un forum très médiatisé qui apporte de la visibilité qualitative pour la région. La présence de nombreuses personnalités éminentes positionne la région comme la capitale Européenne de la Cybersécurité. Le FIC contribue à mettre en valeur l’écosystèmeduterritoireetsesacteurs autour de ce thème. Le FIC est une excellente manière de rencontrer et développer les futurs talents de la région Hauts-de-France. Il contribue à créer un haut niveau d’expertise régional. Comment l’ANSSI travaille-t-elle avec les acteurs de la recherche publique ? Il faut avant tout que nous défendions nos sujets ! Pour que la cybersécurité fasse partie des enjeux prioritaires, nous contribuons à la stratégie nationale de recherche et à la programmation européenne. Le Secrétariat général de la sécurité et de la défense nationale (SGDSN) –dont nous dépendons—participe au financement et à la sélection de projets de recherche via des établissements tels que l’Agence nationale de la recherche (ANR) et le Fonds unique interministériel (FUI). Nous nous assurons que les projets en question correspondent à des besoins que nous avons identifiés comme prioritaires. L’ANSSI a également une activité Quel regard portez-vous sur les interactions entre une entreprise comme IBM et le monde de la recherche ? Un regard favorable et positif, sans hésitation ! D’ailleurs, avec plus de 3.000 chercheurs dans ses douze laboratoires établis sur tous les continents, IBM Research est un des plus gros organismes de recherche privés du monde, en témoignent les 9100brevetsobtenusen2018ainsique ses 6 prix Nobel, et ses 6 prix Turing. Mais cela ne se limite pas à IBM Research.IBMcollaboreaveclemonde de la recherche au sens le plus large : la recherche académique, les instituts de recherche publics, comme Inria, les laboratoires de nos clients etc. C’est tout le sens du projet d’IBM sur le plateaudeSaclay :amenerlarecherche, les services applicatifs d’IBM en un même lieu, là où commence à se concentrer la recherche publique et privée française en Intelligence Artificielle,etoùtouslesfacteursseront réunis pour un fructueux écosystème de co-innovation. scientifique propre. Grâce à nos laboratoires, nous avons noué des liens fructueux avec le monde de la recherche et nous pouvons nous investir pleinement dans la recherche publique, soit via des conseils consultatifs, soit directement en tant que partenaire. Nous participons également à plusieurs groupes d’échange : je citerai par exemple le groupement de recherche en sécurité informatique du CNRS et bien sûr le groupe de travail cybersécurité au sein de l’Alliance Allistene, actuellement présidée par Bruno Sportisse, P.-D.G. d’Inria. Le Forum International de la Cy- bersécurité (FIC) se tient chaque année à Lille. En quoi la question de la cybersécurité est-elle un enjeu important pour la région Hauts-de-France ? La région Hauts-de-France abrite depuis longtemps un riche patrimoine industriel et technologique. On y trouve de nombreux savoir-faire très spécifiques, dans des secteurs extrêmement variés, des objets connectés à la recherche agricole. La protectiondesentreprisesdeceterritoire contre les cyberattaques constitue par conséquent un enjeu primordial pour la région mais aussi au-delà. Heureusement, la cybersécurité est devenu un vecteur d’innovation et de développement dans la région, où un écosystème cyber très dynamique a vu le jour. Ce n’est pas un hasard que Lille soit le lieu où se fédèrent, chaque année, tous les acteurs de la cybersécurité. 4 5#09 - JUIN 2019
  4. 4. DOSSIER Depuis le 6 décembre dernier, ce bel im- meuble de briques rouges accueille éga- lement un espace baptisé « Interface », destiné à la présentation de démons- trateurs technologiques. Optimiser la préparation des commandes dans un entrepôt, apprendre à un ordinateur à dialoguer naturellement à partir d’une image, concevoir des capteurs pour suivre des conteneurs à la trace… autant d’exemples à découvrir dans Interface, cetespacequiseveutlieuderencontreentre la recherche, l’entreprise et la société. INTERFACE ESPACE DE DÉMONSTRATEURS TECHNOLOGIQUES Fruit d’un travail commun entre le centre Inria Lille – Nord Europe et ses partenaires, Interface est le nouvel espace d’interactions entre les sciences du numérique et les entreprises. Des démonstrateurs permettent aux visiteurs de découvrir les travaux menés par les scientifiques de l’Ins- titut et ses partenaires. En2018,Inriacélébraitles10ansducentre et faisait l’acquisition d’un troisième bâ- timent au sein d’EuraTechnologies. En septembre, le bâtiment Place situé juste enfacedubâtimenthistoriqueLeBlan-La- font a donc rouvert ses portes, après une réhabilitation menée avec le soutien de l’État, du conseil régional Hauts-de-France et de la Métropole Européenne de Lille. Aujourd’hui, il héberge les équipes-projets Bonus (optimisation massive) et Spirals (systèmes distribués et intergiciels) ainsi que le projet de transfert de technologies InriaTECH du service Transfert pour l’Inno- vation et Partenariats. Quand le visiteur pénètre dans ce vaste espace de presque 300 m2 , il est d’emblée happé par une ambiance colorée intense, matérialisée par un sol bleu profond sou- ligné de rouge, un mobilier blanc et une grande œuvre murale signée par le duo d’artistes roubaisien Dr Colors. « Tout ici a été imaginé pour faire dialoguer l’art et la science » explique Gautier Levrague, co-gé- rant de Point Triple, la société qui a conçu l’espace en partenariat avec l’agence d’ar- chitecture et de scénographie Ink. « Pour ce faire nous avons cherché un fil conducteur et nous l’avons trouvé avec la suite de Fibonacci et le nombre d’or qui il- lustrent parfaitement les liens qui existent entre les mathématiques et l’esthétique», indique Damien Lenglart, président d’Ink architectes scénographes. Aujourd’hui, ce fil conducteur est devenu un fil rouge, quis’inscritsurlesold’Interface,ensuivant le tracé de la spirale de Fibonacci, et guide le visiteur tout au long de son parcours. INTERFACE UN ESPACE POUR LES INTERACTIONS RECHERCHE- ENTREPRISES EN SCIENCES DU NUMÉRIQUE SOMMAIRE DECOUVERTE D' INTERFACE 07 LES DEMONSTRATEURS 08 ENCOURAGER L'ENTREPRENEURIAT 10 UN LIEU TOTEM 11 A L'  INTERFACE ENTRE L'ART ET LA SCIENCE 7#09 - JUIN 20196
  5. 5. DOSSIER → INTERFACE Les démonstrateurs présentés dans Interface s’inscrivent dans les théma- tiques stratégiques des sciences du numérique pour Inria et ses partenaires : robotique, traitement des données, intelligence artificielle, Internet des objets, interaction Homme-machine, génie logiciel, optimisation. Aujourd’hui, neuf dé- monstrateurs sont présentés, mais Interface est bien entendu destiné à évoluer grâce aux recherches menées dans le centre en partenariat avec l’Université de Lille et aux nouveaux démonstrateurs créés. Compensation de la latence Ce démonstrateur sur tablette tactile met en évidence la réduction de la latence pour des systèmes interactifs. Il démontre une technique de compensation en temps réel de cette latence, induite entre le déplace- ment du doigt et celui de l’objet à l’écran, pour améliorer l’efficacité d’interaction et lespréférencessubjectivesdesutilisateurs et utilisatrices. Démonstrateur réalisé par les équipes Loki et Valse, en partenariatavecl’UniversitédeLilledanslecadredel’ANR TurboTouch. CrossTweets : mots croisés sémantiques et dynamiques Le démonstrateur consiste en un géné- rateur dynamique et thématique de mots croisés, basé sur les fils Twitter. Cette application illustre deux des thèmes de recherche de l’équipe-projet Links : les re- quêtes sur les flux de données en temps réel, d’une part, les bases de connais- sances et le Web sémantique, d’autre part. Démonstrateur réalisé par l’équipe-projet Links en partenariat avec l’Université de Lille. Smart Data : contrats du projet InriaTECH en collaboration avec Alstom et HDFID Smart Data illustre l’analyse de données variées basée sur des méthodes statistiques avancées, reposant en partie sur le logiciel MixtComp. Le logiciel illustre com- ment tirer profit au mieux d’un grand jeu de données (big data) en permettant la classification, la prédiction et l’interprétabilité. Démonstrateur réalisé par l’équipe-projet Modal, en association avec Alstom et HDFID, et en partenariat avec l’Université de Lille. Sources des données ouvertes : Atos, Insee/MEL, J.C. Decaux et SNCF. Smart Containers : illustration d’une collaboration avecTRAXENS La start-up TRAXENS avait pour ambition de concevoir une solution dont pourraient bénéfi- cier tous les acteurs du commerce internatio- nal –armateurs, transporteurs, industriels etc. - pour qui le suivi et le monitoring des conte- neurs représentent un enjeu en termes de sécurité et de rentabilité. L’équipe-projet Fun a élaboré un réseau permettant aux conteneurs de communiquer entre eux afin d’élire ceux qui feront office de têtes de réseau, en fonc- tion de l’état de leur batterie et de leur position vis-à-vis du signal GSM ou satellite. Démonstrateur réalisé par l’équipe-projet Fun, en association avecTRAXENS et en partenariat avec l’Université de Lille. Comprendre l’architecture d’un logiciel Il faut 3,5 mois à un ingénieur pour lire un million de lignes de code. Mais durant ce laps de temps, l’ingénieur n’a fait que lire le code. Il n’est pas ca- pable d’en comprendre la structure ou d’en identi- fiercertainespropriétés.L’équipeRmoddéveloppe des solutions pour comprendre l’architecture d’un logiciel à différents niveaux de détail et analyser certaines propriétés. Ce démonstrateur est un exemple de représentation d’architecture de lo- giciels, comparable à ce que les outils de l’équipe Rmod sont capables de générer sur des logiciels detailleconséquente. Démonstrateur réalisé par l’équipe-projet Rmod en partenariat avec l’Université de Lille. Préhenseur polyvalent : contrat du projet InriaTECH en collaboration avecTDR Ce préhenseur est capable de saisir de manière op- timale des flacons de parfum quels que soient leurs formes et leurs positionnements. « Le projet monté avec Inria est parti de l’envie d’imaginer une solution polyvalente et accessible financièrement pour fournir une alternative aux dispositifs coûteux de la robotique industrielle que sont les masques de positionnement et autres convoyeurs complexes », Dominique Watier, directeurdeTDR. Démonstrateur réalisé par l’équipe-projet Defrost, en association avec TDR et en partenariat avec l’Université de Lille. Mise en relation grâce au pôle de compétitivitéMatikem. Optimisation de préparation de colis : contrat InriaTECH en collaboration avec Jules L’équipe-projetInocsatravailléavecl’entrepriseJules,autourdel’optimisationdesopérationsde préparation de commandes dans l’entrepôt de la marque. Il s’agissait d’améliorer le processus de préparation et l’envoi de 4 000 colis au quotidien vers les 440 magasins. L’objectif était de réorganiser l’ensemble de la chaîne en repensant les emplacements des produits dans les en- trepôts de stockage, la constitution du contenu des colis et l’organisation des tournées. Démonstrateurréaliséparl’équipe-projetInocs,enassociationavecJulesetFlexSimetenpartenariatavecl’UniversitédeLille. Échelon III : un robot à vertèbres souples Le démonstrateur illustre un exemple d’uti- lisationd’unrobotdéformable:l’inspection. La tête du robot est équipée d’une caméra, qui permet d’aller inspecter différents en- droitsdansuneboîte.Lacapacitédedéfor- mation du robot lui permet de contourner les obstacles. Sa souplesse le rend moins offensif dans son environnement. Ses 10 moteurs facilitent sa «dextérité». Démonstrateur réalisé par l’équipe-projet Defrost en partenariat avec l’Université de Lille. Dialoguer avec une Intelligence Artificielle GuessWhat ?! et Visual QA sont deux jeux interactifs permettant d’apprendre notre langage à un ordinateur. Ils illustrent la capacité d’un ordinateur à dialoguer na- turellement à partir d’une image, grâce à l’apprentissage par renforcement. Démonstrateur réalisé par l’équipe-projet Sequel, en par- tenariatavecl’UniversitédeLille,lesinstitutsMILAetIGLU dans le cadre du projet CHIST-ERA. Defrost,Links,Loki,Rmod,SequeletValsesontdeséquipes-projetsetéquipescommunesàInria etaulaboratoireCRIStAL(CentraleLille,CNRS,UniversitédeLille). Funestuneéquipe-projetInria. Inocsestuneéquipe-projetcommuneàInria,aulaboratoireCRIStAL(CentraleLille,CNRS,UniversitédeLille) etàl’UniversitéLibredeBruxelles. Modalestuneéquipe-projetcommuneàInriaetaulaboratoirePaulPainlevé(CNRS,UniversitédeLille). 9#09 - JUIN 20198
  6. 6. DOSSIER → INTERFACE Interface est l’espace de démonstrateurs Inria, et c’est aussi un lieu phare des sciences du numérique en région Hauts-de-France. L’ensemble des partenaires académiques, institutionnels et éco- nomiques du territoire doivent pouvoir s’approprier cet espace, et les démonstrateurs qui y sont présentés s’inscrivent tous dans une dimension partenariale. « Nous souhaitons qu’Interface soit au service de cet écosystème très riche et qu’il soit utilisé comme un outil de veille technologique, et aussi comme un espace d’échanges avec le monde de la recherche, autour de l’innovation », souligne Isabelle Herlin, directrice du centre Inria Lille – Nord Europe. Interface est ainsi pensé pour être le totem du chemin de la re- cherche fondamentale vers l’entreprise INTERFACE TOTEM DES SCIENCES DU NUMERIQUE EN REGION PROMOUVOIR L’ENTREPRENEURIAT Interface a pour ambition de présenter ces start-up et projets entrepreneuriaux, et plus largement de promouvoir l’entrepreneuriat. Nous souhaitons faire d’Interface un lieu to- tem du chemin de la recherche fondamentale vers l’entreprise. Des rencontres sont ainsi régulièrement orga- nisées entre scientifiques et porteurs de projets en incubation, pour réunir des profils complé- mentaires et favoriser l’accélération des projets de start-up des Hauts-de-France. Une sensibilisation à la création de start-up deeptech – basées sur des technologies de pointe - issues de la recherche publique chez Inria est également menée à destination des écoles d’ingénieurs, écoles de commerces et universités,viadesvisitesd’Interface.Envalori- santlestechnologiesetexpertisesdeséquipes de recherche du centre Inria Lille - Nord Europe et de l’Université de Lille, les démonstrateurs illustrent le potentiel de ces technologies pour de futures créations de start-up deeptech ! Interface est ainsi un outil important qui per- met aux porteurs et futurs porteurs de projet d’identifier et d’appréhender les technologies dunumérique,d’Inriaetdesespartenairesaca- démiques en vue d’une création de start-up. DES START-UP CRÉÉES… ET DES PROJETS ÉMERGENTS Pas moins de six start-up ont été créées de- puis 2008 dans le centre. Parmi elles, Vekia, spécialisée dans les outils de prédiction pour le e-commerce fêtait ses dix ans en 2018. Elle emploie une cinquantaine de salariés et a ré- cemment réalisé une levée de fonds de 12 mil- lions d’euros. Citons également Go Touch VR, qui développe une solution pour manipuler des objets en réalité virtuelle en ayant la sensation du toucher, InSimo, éditeurs de logiciels pour la simulation médicale, ou encore Axellience, plate-forme d’architecture pour développeurs. Aujourd’hui, trois projets de start-up issus des recherches menées dans le centre sont en cours de création : DiagRAMS Techno- logy, outil de maintenance prédictive pour l’industrie*, X-scalibur, destiné à faciliter la gestion du multi-cloud, et le Chemin des Mûres, projet de covoiturage pour les producteurs locaux. Les scientifiques sont également accompagnés dans leur phase «d’exploration technologique» pour trouver des cas d’usages à leurs technologies. Un espace « corner start-up » est présent au sein d’Interface, présentant les start-up et projets entrepreneuriaux issus des recherches menées dans les équipes-projets de l’institut et de ses partenaires. En effet, Inria sensibilise et accompagne ses employés dans leurs créations entrepreneuriales afin d’encourager l’innovation technologique. ENCOURAGER L'ENTREPRENEURIAT Interface est ouvert sur rendez-vous à un public professionnel et acadé- mique. « Des animations y seront proposées tout au long de l’année afin de favoriser les échanges avec les fi- lières économiques. Nous accueillons également des publics scolaires et universitaires, qui seront sans doute nos chercheurs ou entrepreneurs de demain », explique Isabelle Herlin. Vous souhaitez : • Échanger avec Inria sur votre projet • Visiter notre espace de démonstrateurs Interface Contactez nos équipes : interface-lille@inria.fr inria.fr/interface Interface Centre de recherche Inria Lille – Nord Europe Bâtiment Place 170 avenue de Bretagne, EuraTechnologies, Lille VENIR VISITER INTERFACE *projet à découvrir en page 14 de ce magazine 11#09 - JUIN 201910
  7. 7. DESSINE-MOI LA RECHERCHE 12 13#09 - JUIN 2019
  8. 8. FOCUS → START-UP DIAGRAMS RÉVOLUTIONNE LA MAINTENANCE PRÉDICTIVE DiagRAMS, c’est avant tout un projet qui vise à mettre les outils de maintenance prédictive à la portée de ceux qui en ont le plus besoin. C’est aussi une aventure entrepreneuriale exemplaire, née de la rencontre entre deux col- laborateurs du projet InriaTECH et l’équipe-projet Modal du centre Inria Lille - Nord Europe. Présentation. Dans des usines de plus en plus auto- matisées, la lutte contre les pannes et les dysfonctionnements en tout genre, mêmelesplusdiscrets,estdevenueune priorité de tous les instants pour les in- dustriels.Ilyaencorequelquesannées, ces derniers n’avaient que trois options quant à la conduite à tenir : soit ils op- taient pour une maintenance corrective (réparer les pièces une fois la panne constatée), soit ils s’orientaient vers une maintenance préventive avec des interventions planifiées régulièrement pour vérifier que tout va bien, soit ils conjuguaient les deux approches. Avec l’Internet des objets et la multiplication des capteurs connectés, une nouvelle voie se dessine : celle de la mainte- nance prédictive. L’enjeu : détecter la probabilité des dysfonctionnements afin de prévenir pannes et accidents et optimiser les stratégies d’entretien et de réparation en s’approchant d’un idéal « juste à temps ». PRÉVENIR POUR RÉDUIRE LES COÛTS DE MAINTENANCE Pour les entreprises la promesse est des plus alléchantes. L’an dernier, une étude du cabinet McKinsey estimait que la maintenance prédictive devrait permettreaux industriels d’économiser 630 milliards de dollars d’ici à 2025, via laréductionducoûtdemaintenancede 10 à 40%, la diminution du nombre de pannes de moitié et l’augmentation de la durée de vie des machines. Mais pour l’heure les services de maintenance prédictive ne sont pas toujours à la hauteur des attentes, en particulier en ce qui concerne l’accès aux données, souvent très complexes, peu intelligibles et inadaptées aux exigences de professionnels mobiles et pris par le temps. D’INRIATECH À LA CRÉATION D’ENTREPRISE C’est ici qu’intervient DiagRAMS Technologies, une start-up en cours de création sur la base de recherches menées par l’équipe-projet Modal* du centre Inria de Lille. Mais, fait rare dans l’univers Inria, cette «spin-off» est avant tout l’idée de deux chargés des partenariats et des projets d’in- novation au sein du projet InriaTECH. Fort de 10 ans d’expérience dans le secteur du machinisme industriel pour l’agroalimentaire, Jean-François Bouin en assurera la présidence. Il pilotera l’entreprise avec Margot Corréard qui dispose, elle, de solides expertises en matière de management de projet, de marketing et de communication. « Nous avions accompagné l’équipe Modal au cours de partenariats noués avec Arcelor Mittal et Alstom et les outils qu’ils avaient développés nous semblaient très prometteurs et surtout en phase avec les besoins actuels des industriels, remarque Jean-François Bouin. Margot et moi avons la fibre business, nous aimons travailler ensemble… alors nous nous sommes lancés, avec le soutien de l’équipe Modal qui était ravie de voir ses travaux prendre vie sur le marché. D’ailleurs trois chercheurs sont aujourd’hui nos conseillers scientifiques ! » UNE SOLUTION SANS AJOUTER DE NOUVEAUX CAPTEURS « L’originalité de notre solution repose sur le fait que nous utilisons les cap- teurs existants (capteurs de process installés nativement dans les ma- chines), alors que la quasi-totalité des logiciels du marché exigent la mise en place de dispositifs supplémentaires, ce qui génère des surcoûts et se traduit par une accumulation de données pas toujours lisibles » indique Margot Corréard. Ces données sont comparées à des «signatures»depannesmodéliséespar des algorithmes prédictifs en se basant sur l’historique de dysfonctionnement des équipements. Quand une machine sort de son fonctionnement normal et se rapproche d’une signature critique, l’alerte est lancée en temps réel afin d’engager l’opération de maintenance qui permettra de remédier au dys- fonctionnement et d’éviter une panne complète. « La performance de détec- tions’affineaufildesusagesetildevient possible d’identifier les problèmes au plus tôt, alors même qu’ils sont encore totalement indécelables avec les outils dedétectionclassique-avecdavantage deprécisionetsanspourautantgénérer de faux positifs », ajoute Jean-François Bouin. Cette technologie permet d’expliquer les résultats de prédiction aux utilisateurs : fini l’effet boîte noire, les industriels ont besoin de comprendre pour agir efficacement. DiagRAMS Technologies travaille sur une visua- lisation précise et intuitive pour les équipes du terrain, qu’ils s’agissent des ingénieurs ou des techniciens de maintenance. EN ROUTE VERS L’AVENTURE Alors même que la start-up n’a pas encore d’existence juridique, l’équipe est déjà partie prenante d’un premier projet d’envergure, avec un partenariat associant Modal à Nokia Germany et Apsys Airbus dans le cadre du programme européen «EIT Digital – 4.0 Industry» destiné à développer des méthodes d’analyse de données pour la maintenance prédictive, et plus précisément l’analyse de causes de défaillances. « Pour ce faire nous avons recruté un data-scientist qui est dédié au projet EIT, ajoute Margot Corréard. Un second recrutement a aussi été mené pour finaliser le déve- loppement de notre solution logicielle, que nous allons coconstruire avec des partenaires industriels avant une commercialisation sur abonnement, sans doute courant 2020. » *Modalestuneéquipe-projetcommuneàInriaetau laboratoire Paul Painlevé (CNRS, Université de Lille). «LES ALGORITHMES DE MACHINE LEARNING DÉVELOPPÉS PAR MON ÉQUIPE PERMETTENT DE TRAITER LES DONNÉES INDUSTRIELLES BRUTES (CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE, ANALYSE VIBRATOIRE, COURBE DE TEMPÉRATURE…) SANS NÉCESSITER DE PRÉTRAITEMENTS QUI RÉDUISENT L’INFORMATION CONTENUE DANS LES SIGNAUX ORIGINAUX.» ― Christophe Biernacki, responsable de l’équipe-projet Modal. 14 15#09 - JUIN 2019
  9. 9. FOCUS → OPTIMISATION INRIA  ET  KEOLIS : Anticiper les phénomènes d’in- sécurité d’un réseau de transport urbain afin de disposer des équipes au bon endroit au bon moment ? Nous ne sommes pas dans un roman de science-fic- tion, mais à Lille, dans le métro, où l’équipe-projet Inocs* a mis en place un algorithme pour op- timiser les plannings des agents. LA SÉCURITÉ : UN PROBLÈME MATHÉMATIQUE COMPLEXE Des contraintes innombrables, c’est ce à quoi étaient confrontées les équipes responsables de la sécurité sur le réseau de transport urbain de la Métropole Européenne de Lille (MEL), opéré par Keolis. Le réseau de métro Ileviacomptedeuxligneset60stations, qui transportent plus de 10 millions de personnes par mois. La MEL, qui a choisi d’attribuer à Keolis le contrat de gestionduréseau,luiimposeégalement des objectifs en matière de sécurité et de «faits d’ambiance». La loi Savary - Le Roux a en effet accru les pouvoirs des sociétés de transport en matière de lutte contre la fraude et contre les insécurités, si l’autorité de tu- telleleluidélègue.« Nousnoussommes donc dotés d’équipes dédiées réparties entre contrôleurs, équipes de sécurité et médiateurs », explique Christophe Laousse, responsable unité prévention. Ces équipes se déplacent en binômes sur l’ensemble du réseau, du début du service à 5h17 jusqu’au dernier métro qui arrive à son terminus à 00h30. Or, ces agents doivent, comme le contrat signé avec la métropole le stipule, être visiblestoutesles5stationsetintervenir en moins de 5 minutes dans n’importe quelle station du réseau en cas de problème.Ellesetilsdoiventégalement être présents en cas d’évènement ex- ceptionnel : installation de portiques de sécuritédansunestation,manifestation publique etc. Jusqu’à présent, les équipes réalisaient ce planning manuellement en utilisant leur connaissance du terrain pour disposer les agents aux bons endroits sur le réseau. Une solution bien im- parfaite pour un enjeu si important, la malveillancesurleséquipementscoûte plusieurs centaines de milliers d’euros paranetentraîneundisfonctionnement du service aux usagers. UN ALGORITHME CONÇU «EN MODE AGILE» L’équipe Inocs et Keolis se sont rencon- tréesgrâceàlacellulevalorisationd’Inria, pour développer un nouvel algorithme, qui résout lui-même ce casse-tête. « Depuis cinq ans, nous enregistrons très finement les données de sécurité et tous les faits d’ambiance, explique Nicolas Chausson, responsable de l’observatoire sûreté et lutte contre la fraude. Nous entrons dans le détail dès qu’un agent de nos services constate quelque chose. » La première étape a donc consisté en un vaste tri de ces données, pour n’en extraire que les informations utiles. L’équipe Inocs a ensuite travaillé à partir de ce jeu de données, pour prédire les besoins en personnel de sécurité. « Nous avons commencé par réaliser des modèles mathématiques, sur des petits jeux de données, afin de trouver ensemble la bonne solution », précise Frédéric Semet, chercheur au sein de l’équipe-projetInocs.« Toutétaitabstrait, audépart,etgrâceauxprototypes,nous avons pu nous faire une idée de ce que permettrait de réaliser le nouvel algo- rithme », commente Nicolas Chausson. La collaboration a duré près d’un an et demi,aucoursduquelleprojetaétémo- difié, corrigé, amendé, avant de trouver lasolutionidéale :lemeilleurcompromis entre précision des modélisations et rapidité d’exécution. « C’est là la plus grande différence entre des chercheurs, qui souhaitent parvenir au projet le plus parfait possible et des équipes opérationnelles, qui ont besoin d’une solution efficace et rapide, mais pas nécessairement «parfaite», précise Christophe Laousse. En effet, l’algorithme parfait avait besoin de 45 minutes pour travailler, alors que celui qui a été retenu donne de très bons résultats en 5 minutes. Concrètement, l’algorithme tient compte de la base de données des incidents et faits d’am- biance reportés, des effectifs et des événementsparticuliers,pourconstruire un planning qu’il fournit sous forme de tableau Excel. Les prochaines étapes de développe- mentconsisterontàprendreencompte le réseau de tramway, également très important dans la métropole lilloise, au premiersemestre2019.Enfin,lesagents de terrain pourront bientôt faire évoluer leurplanningentempsréel,ensignalant des évènements inattendus rencontrés pendant leur journée de travail. *Inocs est une équipe-projet commune à Inria, au laboratoireCRIStAL(CentraleLille,CNRS,Université de Lille) et à l’Université Libre de Bruxelles. Utiliser les mathématiques pour trouver la solution qui optimise une multitude de contraintesestunepassionpourFrédéricSemet.Unexempleconnuestceluidela tarificationdesbilletsd’avion. Comment faire pour que la compagnie aérienne vende toutes les places au tarif le plusélevépossible? Fairefuirlaclientèleversd’autrescompagniesenaugmentantglobalementtousles prix ? Non, il faut avant tout bien comprendre les mécanismes d’achat : à partir de quelmontantletarifsemblera-t-ilprohibitif?Leconfortest-ilunargumentpourfaire payer plus cher et combien ? Quelles sont les priorités de telle ou telle catégorie de passagers ? L’équipe Inocs propose des solutions pour offrir une grille tarifaire qui optimisetoutescescontraintes. LA MODÉLISATION AU SERVICE DE LA SÉCURITÉ UNE PASSION POUR LES PROBLEMES COMPLEXES. 16 17#09 - JUIN 2019
  10. 10. BEST OF LE CITC S’INSTALLE AU BÂTIMENT PLACE INRIA POUR SES 10 ANS Le Centre d’Innovation des Technologies sans Contact (CITC) est un acteur clé en matière d’Internet des Objets et d’Intelligence Ambiante. En mars dernier ils ont intégré leurs nouveaux bureaux dans notre bâtiment Place et fêté leurs 10 ans d’existence le mois suivant. Nous leur souhaitons la bienvenue. DEUX DÉMOS DU CENTRE PRÉSENTÉES AU SALON SIDO Les 10 et 11 avril à Lyon se tenait le salon SIDO IoT-AI-Robotics. Inria était présent avec une dizaine de démos, projets, ou start-up à présenter sur les thématiques de l’Internet des objets, de l’intelligence artificielle ou de la robotique. Deux équipes-projets lilloises ont présenté des démos : Fun autour de la communication par la lumière, et Spirals avec le projet PowerAPI, destiné à réduire la consommationélectriquedeslogiciels. WORKSHOP INTERNATIONAL SUR LES DISPOSITIFS INTERACTIFS DE DEMAIN La conférence HAID, organisée par l’équipe Loki du centre Inria de Lille a réuni les chercheurs et chercheuses des communautés audio, haptique et interaction Homme-machine. Ce point d’échange privilégié pour inventer les dispositifs interactifs de demain incluait également une journée d’échange inédite avec les industriels, en partenariat avec la Plaine Images. MATHIEU NANCEL ET GÉRY CASIEZ reçoivent le prix Google Research Award Un projet porté par Mathieu Nancel (Inria) et Géry Casiez (Université de Lille), chercheurs de l’équipe Loki, a reçu un Google Research Award au mois d’avril. L’objectif du programme est de mettre en avant et de soutenir les projets de recherche avancés en lien avec des domaines de recherche clés pour le progrès des sciences numériques. Les projets lauréats bénéficient d’un financement et d’un accès aux outils, aux technologies et à l’expertise de Google. PRIX 19 INRIA LILLE - NORD EUROPE SUR TWITTER 18 19#09 - JUIN 2019
  11. 11. PORTRAIT FAVORISER L’ÉMERGENCE DE LOGICIELS PLUS EFFICIENTS ― Romain Rouvoy À l’heure où les datacenters repré- sentent désormais plus de 10% de la dépense énergétique mondiale, la question de la consommation propre aux logiciels est plus que ja- mais d’actualité. C’est précisément le sujet sur lequel travaille Romain Rouvoy, enseignant-chercheur au sein de l’équipe-projet Spirals. Une fois son bac en poche, Romain Rouvoy ne voulait pas faire de longues études… Passionné d’informatique, il s’est donc engagé dans un DUT, puis dans un master professionnalisant. C’est là qu’il a été mordu par le virus de la recherche qui ne l’a plus lâché. Après une thèse et un post doctorat de deux ans à l’Université d’Oslo, il rejoint l’Université de Lille en 2008, où il sera d’abord maître de conférences puis professeur. La même année, il intègre l’équipe-projet ADAM du centre Inria Lille – Nord Europe qui deviendra Spirals (Self-adaptation for distributed services and large software systems) en 2012 et dont les domaines d’exper- tises sont les systèmes répartis et le génie logiciel. LOGICIELS TROP GOURMANDS C’est en 2010 que le jeune chercheur commence à s’intéresser à la problé- matique du logiciel durable. « Le point de départ est le projet EcoHome, mené en collaboration avec Orange et ST Microelectronics, se souvient Romain Rouvoy. L’enjeu était de mieux comprendre la consommation des box domestiques pour envisager des pistes pour mieux la maîtriser. » Cette première expérience sert de révélateur : l’équipe et le chercheur prennent conscience de l’importance de la part imputableaulogicieldanslesdépenses énergétiques globales des systèmes informatiques. « La consommation liée aumatériel en lui-mêmeest un sujet de préoccupation qui n’a fait que croître ces dernières années et les fabricants ont su se mettre en mouvement, par exemple en concevant des proces- seurs beaucoup moins gourmands que leurs prédécesseurs. Mais il n’en va pas de même pour les couches logicielles, en particulier dans l’univers des hébergeurs et du cloud computing oùlaconsommationpeutêtrel’unedes composantes du business model des entreprises : plus elles consomment et plus la facture augmente ! » UN WATTMÈTRE VIRTUEL Fort de ce constat, Romain Rouvoy a choisideconcentrersesrecherchessur la réduction de la consommation des logiciels en privilégiant une approche globale et transversale, s’intéressant à l’ensemble du cycle de vie du produit, desaconceptionàsonexécution.Dans un premier temps, il s’est concentré sur le développement d’un wattmètre virtuel,baptiséPowerAPI,quipermetde mesurer la consommation de chaque logiciel s’exécutant sur une machine afin de savoir, par exemple, quelle application arrêter en priorité quand on n’a plus de batterie. Disponible sur GitHub, ce logiciel open source est actuellement utilisé par Orange ainsi que par des acteurs tels que Davidson consulting et Greenspector. LOGICIELS ÉCO-CONÇUS… Aujourd’hui, la deuxième étape vise à favoriser l’émergence de logiciels plus efficients en énergies. « Nous voulons mettre au point une suite d’outils susceptibles d’aider les développeurs à créer des programmes éco-conçus, qui utilisent mieux les fonctionnalités matériellesdisponibles »ajouteRomain Rouvoy.Danscetteperspective,l’équipe Spiralss’intéresseparticulièrementaux langages de programmation, sachant que, pour une même application, la consommation logicielle peut varier d’un facteur 100, selon qu’on choisit par exemple un langage comme C ou Java ou un langage interprété comme Python ou JavaScript. …ET CALCULS QUI CHAUFFENT «Parallèlement, nous nous penchons également sur les fonctionnements des systèmes, à travers des travaux destinés à optimiser le placement des machines virtuelles sur les machines physiques afin de fluidifier et optimiser l’accès aux ressources partagées. Enfin, nous travaillons aussi dans le domaine de l’intelligence artificielle - dont les algorithmes sont très gour- mands – et dans celui des smart grids, notamment au travers d’échanges avec la société Qarnot Computing qui développe des radiateurs numériques où les résistances traditionnelles sont remplacées par des processeurs qui chauffent des logements grâce aux calculs qu’ils effectuent.» → team.inria.fr/spirals « LA CONSOMMATION LIÉE AU MATÉRIEL EN LUI-MÊME EST UN SUJET DE PRÉOCCUPATION QUI N’A FAIT QUE CROÎTRE CES DERNIÈRES ANNÉES » 21#09 - JUIN 201920
  12. 12. Parc scientifique de la Haute Borne 40, avenue Halley Bât A - Park Plaza 59650 VILLENEUVE D’ASCQ FRANCE (+33) 03 59 57 78 00 (+33) 03 59 57 78 50 º inria.fr/lille º contact-lille@inria.fr @Inria_Lille @InriaLilleInnov CENTRE DE RECHERCHE INRIA LILLE - NORD EUROPE Interface BÂTIMENT PLACE, EURATECHNOLOGIES Inria est présent au sein d’EuraTechnologies. Le bâtiment Place, situé avenue de Bretagne, est équipé d’un espace de démonstrateurs nommé Interface et présentant les travaux des équipes de recherche communes à Inria et à ses partenaires. L’objectif est de favoriser les interactions entre la communauté scientifique, le monde économique et la société par le biais de démonstrateurs et d’un programme d’animation thématique proposé tout au long de l’année. º inria.fr/interface CONTACTRENDEZ-VOUS REINFORCEMENT LEARNING SUMMER SCOOL Du 1er au 12 juillet, campus cité scientifique, Villeneuve d’Ascq L’objectif de cette école d’été, organi- sée par l’équipe-projet Sequel, est de contribueràladiffusiondelaconnais- sanceauplushautniveauscientifique autour de différentes problématiques de l’apprentissage par renforcement. Une école qui a pour objectif de mettre en contact les élèves avec des chercheurs renommés de leur domaineetleurpermettred’échanger surleurstravauxderechercheetnouer des contacts. → rlss.inria.fr Retrouvez ces évènements et bien d'autres dans l'agenda du centre ! → inria.fr/lille 3ÈME SÉMINAIRE SCIENTIFIQUE DE HUMAIN : INTELLIGENCE ARTIFICIELLE ET SANTÉ Le 17 juin, CHU de Lille L’alliance Hauts-de-France humAIn (Intelligence Artificielle au service de l’humain) organise son troisième séminaire scientifique sur le thème « Intelligence Artificielle et Santé » le 17 juin au CHU de Lille. Les exposés présenteront d’une part les enjeux et besoins de l’IA en santé, et d’autre part des méthodes d’IA ayant déjà été déve- loppéespourdesproblématiquessanté. Du 9 au 11 juillet, Cap Cornu, Baie de Somme La 10ème édition de l’Atelier sur la Protection de la Vie Privée (APVP) est organisée cette année par les équipes-projets Magnet et Spirals. Le but de l’atelier est de rassembler les chercheurs dont les travaux portent sur la protection de la vie privée et des données personnelles, et de leur offrir un forum privilégié pour présenter et échanger leurs idées. Pluridisciplinaire, l’atelier ras- semble notamment des chercheurs en informatique, droit, économie, sociologie et statistiques. → project.inria.fr/apvp2019 APVP 2019 L’ATELIER SUR LA PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE 22 23#09 - JUIN 2019
  13. 13. alliance-humain.fr @Alliance_humAIn humAIn-entreprises@inria.fr

×