Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

1

Share

Download to read offline

Un Eldorado sous-marin dans la mer des Caraïbes de Colombie : le galion San José

Download to read offline

Communication présentée le 9 novembre 2017 au château des Ducs de Bretagne à Nantes dans le cadre du colloque international
"COLOMBIE 2017. Identité, mémoire, représentations esthétiques en construction", organisé par le Centre de Recherche sur les Identités Nationales et l’Interculturalité (CRINI) de l’Université de Nantes et l’équipe de Recherche Interlangues « Mémoires, Identités, Territoires (ERIMIT) de l’Université de Rennes 2.
Séance : MYTHES ET MÉMOIRES D’UN ELDORADO.

Related Books

Free with a 30 day trial from Scribd

See all

Un Eldorado sous-marin dans la mer des Caraïbes de Colombie : le galion San José

  1. 1. Un Eldorado sous-marin dans la mer des Caraïbes : le galion San José Loïc Ménanteau LETG Nantes UMR 6554 CNRS et université de Nantes loic.menanteau@gmail.com COLOMBIE 2017. Identité, mémoire, représentations esthétiques en construction. Nantes, Château des Ducs de Bretagne, 8-10 novembre 2017
  2. 2. Carthagène des Indes Laguna de Maracaibo La Guajira Sierra Nevada de Santa Marta Golfo de Urabá
  3. 3. Le galion San José : le mythe d’un Eldorado sous-marin profondément ancré dans la mémoire des Colombiens et devenu réalité en décembre 2015 : Une cargaison de 200 tonnes formée par 533 439 pièces en or, des barres en argent de Potosí, 116 coffres d’émeraudes, des caisses remplies de perles des Antilles et des joyaux du Vice-roi du Pérou Le tout évalué entre 4,6 et 9,2 milliards d'euros
  4. 4. Varias veces al año se concentraban en la bahía las flotas de galeones cargados con los caudales de Potosí, de Quito, de Veracruz, y la ciudad vivía entonces los que fueron sus años de gloria. El viernes 8 de junio de 1708 a las cuatro de la tarde, el galeόn San José que acababa de zarpar para Cádiz con un cargamento de piedras y metales preciosos por medio millόn de millones de pesos de la época, fue hundido por una escuadra inglesa frente a la entrada del puerto, y dos siglos largos después no habla sido aύn rescatado. Aquella fortuna yacente en fondos de corales, con el cadáver del comandante flotando de medio lado en el puesto de mando, solía ser evocada por los historiadores como el emblema de la ciudad ahogada en los recuerdos... Gabriel García Márquez El amor en los tiempos del cólera
  5. 5. Le San José, un des derniers galions espagnols qui, au moment de son naufrage, en 1708, était la Capitana de la flotte de Tierra Firme Le navire a été construit en 1697-1698 dans les chantiers navals de Mapil à Aginaga (Usurbil), puis armé à Pasajes/Pasia dans la province basque de Guipúzcoa
  6. 6. Les routes transatlantiques de la Carrera de Indias et leurs dangers : naufrages entre 1550 et 1650. D’après P. Chaunu, 1955-1960. Adaptation : Loïc Ménanteau et Laurent Pourinet (LETG-Nantes Géolittomer) Cartagena était avec la Havane et Veracruz l’un des trois piliers du système portuaire de la Carrera de Indias dans les Caraïbes et la base de la flotte de Tierra Firme. La Carrera de Indias dura jusqu’en 1776. Cartagena et la Carrera de Indias
  7. 7. Arrivée d’une flotte de la Nouvelle-Espagne à Veracruz. In : Descripciones geográficas e hidrográficas de muchas tierras y mares del Norte y Sur en las Indias, en especial del descubrimiento del Reino de California hecho con trabajo e industria por el capitán y cabo Nicolás de Cardona ... dirigidas al Exmo. D. Gaspar de Guzmán, Conde de Olivares, 1632. © Biblioteca Nacional de España, Madrid
  8. 8. Bastion sud-est San Crispín du fort de Saint-Jean d’Ulloa (San Juan de Ulúa) avec anneaux d’amarrage (argollas) en bronze pour les navires de la flotte des Indes. Photos Loïc Ménanteau, 17-06-2013 Bastion sud-est San Crispín du château de Saint-Jean d’Ulloa. 1776. © Archivo General de Simancas. Deux des cinq anneaux d’amarrage visibles sur le document sont munies de chaînes auxquelles étaient reliées de grosses cordes attachées à des navires au mouillage devant la partie sud-est de la fortification
  9. 9. Muro de las Argollas (sud du fort de San Juan de Ulua) et Canal Norte. Photo Loïc Ménanteau, 17-06-2013 avant-port actuel Mouillage de la flotte de la Nouvelle-Espagne
  10. 10. La guerre de Succession d’Espagne (1701-1713) Philippe V, premier roi d’Espagne de la dynastie des Bourbons Son grand-père, le roi Louis XIV Cette guerre explique qu’en 1708, aucune flotte de la Tierra Firme n’était revenue en Espagne depuis six ans.
  11. 11. Portobelo Le capitaine général de la flotte de Tierra Firme, Don José Fernández de Santillán, comte de Casa Alegre, s’était rendu à la foire de Portobelo pour faire le chargement de la flotte et, de là, il devait se rendre à La Habane pour rejoindre celle de Nouvelle-Espagne partie de Veracruz. Les deux flottes réunies devaient faire ensuite le voyage jusqu’à Cadix, escortées par les navires du français Ducasse. Alors qu’il avait été informé de la présence de quatre bateaux anglais et qu’on lui avait déconseillé d’aller à La Habane en passant par Cartagena, le comte de Casa Alegre décide de s’y rendre.Ancienne douane de Portobelo
  12. 12. Plano del puerto de Portobelo. BNE
  13. 13. Médaille commémorative de la prise de Porto Bello par l’amiral anglais Vernon le 22 novembre 1739. Coll. particulière Portobelo et les Anglais
  14. 14. Vue de l’entrée de la baie de Portobelo depuis le fort San Jerónimo © Photo Edwin Bermúdez
  15. 15. Réalisation : Loïc Ménanteau, Yves-François Thomas In: Atlas permanent de la mer et du littoral, n° 4, Images d’Atlantique, CNRS Géolittomer - UMR 6554 Plan General de la Plaza de Cartagena de Yndias y sus contornos inmediatos (…). Antonio de Arebalo, 1772. Servicio Histórico del Ejército, Madrid
  16. 16. Depuis la batterie de San José, construite par l'ingénieur Bautista MacEvan entre 1751 y 1759, on voit le Canal de Bocachica et, en face, l'île de Tierrabomba avec le Castillo de San Fernando de Bocachica, reconstruit, à partir de 1753, par Antonio de Arévalo. Après la fermeture, en 1778, de Bocagrande par une digue submergée, la Escollera, cette passe était l'unique accès nautique à la baie de Carthagène des Indes. Photo panoramique Loïc Ménanteau, 18-03-2012 Bocachica
  17. 17. Bocachica Après avoir franchi le Canal de Bocachica, entrée d’un cargo porte-conteneurs (le Susanne Schulte, lancé en 2001 et naviguant sous pavillon de Singapour) dans la Bahía de Cartagena de Indias (Colombie). À droite, le fort de San Fernando de Bocachica, importante fortification espagnole dont les travaux de construction ont été débutés par MacEvan, en 1752, et achevés, en 1759, par Antonio de Arévalo (sous la direction de Lorenzo de Solis). Située à l’extrémité sud de la Isla de Tierrabomba, elle contrôlait, avec la Batería San José, située sur l’autre rive du Canal, l’unique passe d’accès à la baie. En effet, l’autre passe, plus large, Bocagrande, avait été barrée (1764-1780) par une digue sous-marine, la Escollera. Photo panoramique Loïc Ménanteau, 18-03-2012.
  18. 18. Cartagena de Indias Tierra Bomba Isla Barú A. del Rosario Bahía de Barbacoas Ciénaga de la Virgen (Tesca) Isla del Tesoro Traitement des images satellitaires : Yves-François Thomas et Loïc Ménanteau
  19. 19. Galion San José 64 canons Capitaine général José Fernández Santillán Galion San Joaquín 64 “ Amiral Miguel Agustín Villanueva Navío Santa Cruz (marchand) 44 “ Capitaine Nicolás de la Rosa Hourque Nuestra Señora de la Concepción 40 “ Capitaine José Francis Patache Ntra. Sra. del carmen 24 “ Capitaine Araoz Frégate Le Mieta (française) 34 “ Frégate Saint Esprit (française) 32 “ Navire Expedition 74 canons Contre-amiral Charles Wager Capitaine Henry Long Navire Kingston 60 “ Capitaine Simon (Timothy) Bridge Navire Portland 50 “ Capitaine Edward Windsor Brûlot Vulture 8 “ Capitaine B. Crooke Flotte de Tierra Firme de 1708 Flotte anglaise
  20. 20. La bataille navale de Barú (8-9 juin 1708) et le naufrage du galion San José le vendredi 8 juin 1708 à 19h 30 Le comte de Casa Alegre fait route de Portobelo à Cartagena avec sa flotte de 16 navires. Le vent est favorable et le 7 juin, il aperçoit les îles San Bernardo. C’est la pleine lune et il ordonne aux navires de sa flotte de mouiller pour éviter d’échouer sur les îles du Rosario. Il reprend sa route le lendemain matin 8 juin et arrive vers midi à la hauteur des îles du Rosario. Il est presque en vue de la baie de Carthagène des Indes, distante d’une vingtaine de lieues. Il pleut légèrement, le vent est très faible, puis, à 15 h, se lève une brise douce. C’est à ce moment qu’apparaissent les quatre navires anglais. Il fallait contourner au nord-est l’île du Tesoro pour pouvoir entrer après dans la baie de Cartagena par Bocachica. À 17 h, le navire anglais Kingston ouvre le feu sur le galion San Joaquín. Le navire du contre-amiral anglais Charles Wager, Expedition, se dirige alors vers le San José jusqu’à moins de 300 m de distance. Des échanges de feux d’artillerie ont lieu. La nuit tropicale tombe et le navire anglais veut tenter un abordage. Il est 19h 30, lorsqu’il n’est qu’à 60 m du galion San José, une violente explosion ouvre le galion espagnol qui coule en très peu de temps devant les yeux des marins anglais qui voient avec amertume le butin qu’ils convoitaient disparaître sous la mer.
  21. 21. À gauche, explosion du galion San José et, au centre, vaisseau anglais Expedition. Samuel Scott. © National Maritime Museum , Greenwich
  22. 22. Naufrage du galion San José seulement 14 survivants sur environ 600 personnes Nom Catégorie Fonction Histoire Amuedo y Soto, Domingo artillerie artilleur intermittent. Absent toute l’année 1707 Corzo, Diego artillerie artilleur Transféré du Nuestra Señora de la Almudena au San José en février 1708 ; après la bataille, transféré au Nuestra Señora del Carmen « tras ser prisionero » Méndez, Sebastián artillerie artilleur Villa, Juan Francisco artillerie artilleur transféré au San Joaquín le 19-06-1708 Carrillo, Luis infanterie soldat transféré au San Joaquín le 19-06-1708 Estrada, Capitaine Don Gerónimo infanterie soldat transféré du gouvernement au San Joaquín le 10-08-1706 ; il reçut des payes en retard le 25-02-1715 García de Herrera, Pedro infanterie soldat transféré au San Joaquín le 19-06-1708 Pérez, Domingo infanterie mousquetaire transféré au San Joaquín le 19-06-1708 Rodríguez, Juan Antonio infanterie mousquetaire transféré Jau San Joaquín le 19-06-1708 Rodríguez, Julio infanterie soldat transféré au San Joaquín le 19-06-1708 Garay, Pedro infanterie chef d’escadron transféré au San Joaquín le 19-06-1708 Gallo, Joseph équipage marin transféré au San Joaquín le 19-06-1708 Ramírez, Domingo équipage marin transféré au San Joaquín le 19-06-1708 Vega, Domingo de la équipage mousse il reçut 200 réaux le 20-05-1717 par ordre du roi D’après Carla Rahn Phillips, 2010
  23. 23. Bathymétrie (2000-2004) Delta du Canal du Dique Tierra Bomba Action ECOS Nord C03 U01 Un modelo geodinámico de bahía tropical: la bahía de Cartagena de Indias / Un modèle géodynamique de baie tropicale : la baie de Cartaghène des Indes Yves F. THOMAS, Loïc MÉNANTEAU, Stéphane KUNESCH, Marcella CESARACCIO, Carlos ANDRADE, Serguei LONIN, Carlos PARRA
  24. 24. Dans la base navale de la Isla Manzanillo à Cartagena de Indias, local où étaient des bacs (on en voit deux sur la photo ; ils n'existent plus) destinés au traitement par électrolyse des canons en bronze du galion San José. L’auteur a logé plusieurs semaines dans le « camarote » au-dessus du local. Photo Loïc Ménanteau, 09-10-1995
  25. 25. Dans les années 1980, la compagnie étasunienne Glocca Morra, qui avait bénéficié d’un permis de la Marine colombienne (Dirección Marítima), dépense 11 millions de dollars pour retrouver le galion San José et, en 1982, affirme avoir localisé son épave, en donnant ses coordonnées. S’ensuit une période de plus de 30 ans (depuis le gouvernement de Belisario Betancur) au cours de laquelle la compagnie qui devient la Sea Search Armada (SSA) - avec siège à Bellevue (Washington) - engage une bataille légale avec le gouvernement colombien pour obtenir des droits (50%) sur le « trésor » du galion. En juillet 2007, la Corte Suprema de Justicia (haute cour de Justice) concède des droits à la SSA sur la moitié de ce qui est considéré comme un trésor par les experts, c’est-à-dire sur les objets qui ne sont pas pièces uniques, ces dernières étant, selon la Constitution colombienne, patrimoine exclusif des Colombiens. La SSA bénéficie de l’appui du parti Républicain des États-Unis qui menaçe de sanctions économiques et politiques la Colombie en cas de non respect des droits de la SSA sur l’épave. Appels ou lettres de pression : Jesse Helms, membres du Congrès comme Guy Vander Jagt, Philip Crane, représentant à la Chambre pour l’État de l’Illinois, Dan Burton, président du sous-comité de l’Hémisphère occidental, Benjamin Gilman, président du Comité des Relations internationales, et jusqu’à la propre Hillary Clinton. Polémique juridique Sea Search Armada - Gouvernement colombien pour le site de l’épave et les droits sur le « trésor »
  26. 26. - 4 novembre 2016, lettre du directeur de la SSA, Jack Harbeston, au président de Colombie, Juan Manuel Santos, lui annonçant une expédition en janvier 2017 et lui donnant 30 jours pour l’accepter. - Refus de l’ultimatum par le Gouvernement colombien, Polémiques et bataille juridique
  27. 27. EL GOBIERNO HA ESTADO DISPUESTO A REALIZAR LA VERIFICACIÓN CONJUNTA CON SSA A LAS COORDENADAS DENUNCIADAS EN 1982, PARA QUE ESTA FIRMA CONSTATE QUE ALLÍ NO HAY NINGÚN NAUFRAGIO, SIN QUE ELLO HAYA SIDO POSIBLE, EXCLUSIVAMENTE POR LA PRETENSIÓN DE SSA DE EXTENDER DICHA VERIFICACIÓN A UN ÁREA DE UNA GRAN EXTENSIÓN. Sous-marin qui aurait été utilisé par la SAS (avant Glocca Morra) pour localiser l’épave du galion San José dans les années 1980. Des coordonnées considérées comme fausses par le Gouvernement colombien.
  28. 28. Le 5 décembre 2015, depuis la base navale de Cartagena, le président de la Colombie, Manuel Rafael Santos, annonce, en conférence de presse, la découverte de l’épave du galion San José. Cortesía Presidencia de la República Un asunto de Estado / Une affaire d’État
  29. 29. Le navire océanographique de la Marine colombienne ARC Malpelo utilisé pour détecter l’épave du galion San José le vendredi matin 27 novembre 2015 Utilisation de deux Remus 6000, sous-marins autonomes munis de sonars latéraux appartenant à la compagnie WHOI (Woods Hole Oceanographic Institution).
  30. 30. La Whoi (Woods Hole Oceanographic Institution) est l’entreprise américaine qui a permis, avec son matériel performant pour de grandes profondeurs, la découverte de l’épave du galion. Cette même entreprise avait affirmé avoir découvert le Titanic en septembre 1985, Elle a son siège à Woods Hole, Massachusetts, sur la côte atlantique des États-Unis, près de New York. Sur le montage réalisé par le journal El Tiempo, on voit le véhicule sous-marin autonome (22 heures), Remus-6000, utilisé pour détecter l’épave. Il est muni d’un sonar à balayage lateral et d’une caméra numérique de haute résolution. L’épave serait à plus de 500 m de profondeur
  31. 31. NOAA Bathymetric Data Viewer
  32. 32. Pour la recherche, on fit appel aussi au Seabed Prince, un navire rouge et blanc de l’entreprise norvégienne Seabed AS (construit en 2009 et appartenant au groupe Swire Pacific Offshore (SPO) depuis février 2012. Avec des robots et des caméras sous-marines de haute résolution Schilling HD35, d’autres à l’intérieur de la Inside Pacific Inc., en plus d’autres équipements de précision de de la Palfinger Marine et Emepc 2094, il fut réalisé une mosaïque de 2000 photos.
  33. 33. Épave du galion San José. Images acoustisques de sonar latéral et de robot
  34. 34. On reconnaît sur la photo couleur la présence de neuf canons en bronze de l’épave du galion San José.
  35. 35. Sur le fond sous-marin, image de trois canons en bronze de l’épave du galion San José.
  36. 36. Sur le fond sous-marin, image de trois canons en bronze de l’épave du galion San José.
  37. 37. Sur le fond sous-marin, botijos de l’épave du galion San José. Photo robot
  38. 38. Sur le fond sous-marin, photo en couleur de botijos et autres objets de l’épave du galion San José. Photo robot En dessous, à gauche, poignée d’une épée.
  39. 39. Selon les déclarations du directeur de l’Instituto Colombiano de Antropología e Historia (ICAHN), Ernesto Montenegro : - Les trois quarts de l’épave du galion ont été identifiés. La partie manquante est sans doute le résultat de l’explosion du navire avant de couler et de la dégradation survenue au cours des 300 dernières années. - Les restes du galion, qui repose sur un fond plat, ont été dispersés sur une surface de 2 ha (20.000 m2). Il existe un noyau central (visible sur l’image sonar) et quatre petites zones de concentration de vestiges. - Il faudra six mois pour récupérer le galion San José, mais cela dépendra des capacités techniques employées pour l’extraction. Première conférence publique à Cartagena de Indias en juillet 2017
  40. 40. Le mercredi 5 juillet 2017, le président Juan Manuel Santos annonça à Cartagena de Indias qu’une alliance public-privé (AAP) apportera les ressources économiques pour récupérer le galion San José. Cortesía Presidencia de la República. Photo Juan David Tena, SIG
  41. 41. Une AAP Alianza Público Privado pour récupérer l’épave du galion - L’AAP doit garantir le transfert de technologie à la Colombie - L’AAP doit aboutir à la construction d’un musée à Cartagena de Indias, - Juan Manuel Vargas, chef du bureau juridique du ministère colombien de la Culture déclara que cinq critères seront appliqués par le Consejo Nacional de Patrimonio pour déterminer ce qui est ou non patrimoine, ce qui permettra de décider quelle partie du galion pourra se “monétiser” ou vendre. Il faudra en effet payer les différentes compagnies qui ont financé la recherche (dont Woods Hole Corporation) et l’extraction des restes du galion.
  42. 42. Une embarcation considérée comme le symbole de l’Empire espagnol et de l’exploitation des richesses des pays andins par l’Espagne Les présidents péruvien, équatorien et colombien ont parlé entre eux du galion San José. « Este tesoro deberíamos repartirlo entre los paises suramericanos » dit Rafael Correa à Juan Manuel Santos, le 11 décembre 2015, à Buenos Aires, lors de la prise de possession du président argentin Mauricio Macri. Cortesía Presidencia de la República
  43. 43. Convention ratifiée par l’Espagne, mais pas par la Colombie
  44. 44. Caricature du colombien Omar Figueroa Turcios
  45. 45. Merci beaucoup pour votre attention Nuestra Señora de Mercedes, autre épave espagnole trouvée en eaux profondes, qui fut l’objet de polémiques.
  • AlainDumesnil

    May. 26, 2018

Communication présentée le 9 novembre 2017 au château des Ducs de Bretagne à Nantes dans le cadre du colloque international "COLOMBIE 2017. Identité, mémoire, représentations esthétiques en construction", organisé par le Centre de Recherche sur les Identités Nationales et l’Interculturalité (CRINI) de l’Université de Nantes et l’équipe de Recherche Interlangues « Mémoires, Identités, Territoires (ERIMIT) de l’Université de Rennes 2. Séance : MYTHES ET MÉMOIRES D’UN ELDORADO.

Views

Total views

1,203

On Slideshare

0

From embeds

0

Number of embeds

471

Actions

Downloads

9

Shares

0

Comments

0

Likes

1

×