Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Supplémentation en vitamine D & risque de lithiase

Risque de lithiase rénale selon la supplémaentation en vitamine D

  • Be the first to comment

Supplémentation en vitamine D & risque de lithiase

  1. 1. SUPPLÉMENTATION EN VITAMINE D & RISQUE DE LITHIASE RÉNALE Source : Ferroni MC, Rycyna KJ, Averch TD, Semins MJ. Vitamin D Repletion in Kidney Stone Formers: A Randomized Controlled Trial. The Journal of Urology. avr 2017;197(4):1079-83. Dr P Boulet 2017/07
  2. 2. CONTEXTE • Apports • nutritionnels conseillées : 5 µg pour l’adulte et l’enfant et 10 à 15 µg chez la personne âgée; • alimentaires : couverture de 50 à 70 % des besoins quotidiens : 1,9 µg/j pour les enfants et de 3 à 17 ans et 2,6 µg/j au-delà. Source d’apport principale : le poisson (31%) (Anses) • Fréquence importante de la carence en vitamine D • Selon la HAS en 2013, l’analyse de l’étude nationale nutrition santé 2006-2007 montre que : • 79 % des hommes et 81 % des femmes ont un taux < au seuil optimal de 75 nmol/l • 4 % des hommes et 6% des femmes avait un déficit sévère < 25 nmol/l • 42 % des américains et jusqu’à 82 % des Afro-américaisn et 69 % des Hispano-américains seraient carencés • 56 à 80 % de la population souffrant de lithiase rénale présente une carence • L’apport de vitamine D augmente-t-elle le risque de lithiase rénale?
  3. 3. PROTOCOLE • Patients vus en urologie pour lithiase rénale oxalocalcique avec une insuffisance en vitamine D <30 ng/ml • Exclusion des patients ayant une pathologie pouvant influencer les résultats • Sur 21 patients répartis en é groupes identiques sauf pour l’âge : 39 ans vs 56 ans dans le groupe de 13 patients • 8 reçurent 1000 UI/J de vit D3 et 13 50000 UI/S pendant 6 semaines • L’analyse sanguine et la collecte d’urines sur 24 H furent effectuées au bout de 6 semaines
  4. 4. RÉSULTATS • Majoration du taux de vitamine D • 23 ng/ml ( + 135%) plus importante dans le groupe de patents recevant 50000 UI/S et • moins rapide dans le groupe recevant 1000 UI/J : 9 ng/ml (+49%) • Pas de différence significative entre les deux groupes • Paramètres urinaires : • Calcium : pas de différence entre les deux groupes: -11 mg en moyenne dans le groupe 1000 UI/J et -16 mg dans le second groupe • Sodium : pas de différence entre les deux groupes : -18 vs – 26 mg dans les groupes 1000 vs 50000 • Pas de modification dans les deux groupes du taux d’oxalate urinaire, du taux de citrate ou de magnésium, du pH urinaire • Majoration nette de 132% du taux de phosphate de calcium dans le grouppe 50000 UI/S accompagné d’une augmentation du pH de 5,7 à 6;1 • Cependant , pas de survenue de colique néphrétique dans les deux groupes durant l’étude
  5. 5. DISCUSSION - CONCLUSION • Remarques • La faible taille de l’échantillon atténue la puissances des résultats • Le suivi alimentaire des deux groupes n’ a pas été pris en compte pour s’assurer de l’absence de variations alimentaires • L’exposition solaire, facteur primordial d’accroissement du taux de vit D n’a pas été rapportée • La durée de l’étude bien plus importante que d’autres études préliminaires est courte alors que le temps de traitement nécessaire pour compenser un déficit en vit D est généralement de 3 mois • La comparaison de deux protocoles d’administration de vitamine D a permis de montrer que : • Hormis une majoration du taux de phosphate de calcium urinaire, il n’y a pas de variation de s composants urinaires et pas de crise de colique néphrétiques quelque soir le protocole durant l’étude • L’augmentation du taux de Vit D est plus rapide avec une administration hebdomadaire de 50000 UI/S sans risque de déclencher des épisodes de colique néphrétique

×